Chroniques, Contemporain, Historique

Le gosse

A 7 ans, Joseph vit avec sa mère et sa grand-mère dans les quartiers pauvres de la Bastille. Malheureusement, il va perdre sa mère et se retrouver pupille de l’Etat. Balloté de familles d’accueil à la prison pour enfants en passant par la colonie pénitentiaire, il fera les frais d’un monde d’adultes bien trop cruel pour grandir…

Véronique Olmi dresse le portrait d’un Titi parisien que la vie n’a pas épargné. Le sort s’acharne sur ce pauvre Joseph, devant faire le deuil de sa mère. Sa grand-mère sénile ne peut plus convenablement s’occuper de lui, il est alors placé sous la tutelle de l’Etat, ce sera le début d’un long et douloureux calvaire. Au fil des pages, il perd ses rêves, son innocence et son insouciance. Seul la musique et la naissance d’un amour lui permettent d’espérer et de garder un semblant de vie en lui. Si je reconnais toute la puissance de la plume de l’autrice,  je m’attendais à être plus en empathie avec ce petit bonhomme. Je suis restée un peu en retrait face à tant d’atrocités. Ce ne fut donc pas le coup de cœur attendu mais ça n’en reste pas moins une très belle lecture. C’est un livre très bien documenté nous racontant un destin hors du commun et nous montrant toute l’inhumanité des institutions pour enfants dans l’après première guerre mondiale.

Le gosse
Véronique Olmi – Albin Michel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s