Accueil

  • La noyée de Berlin

    Coucou tout le monde, aujourd’hui je vous fait un retour sur le premier tome d’une saga que je poursuivrai avec un immense plaisir.

    Nous somme à Berlin en 1922, Hulda Gold est une sage-femme proche de ses patientes. Lorsque l’un d’elles est bouleversée par la mort de sa voisine, elle décide de mener sa propre enquête quitte à se mettre la police à dos et notamment l’inspecteur Karl North qui ne semble pas vouloir qu’elle mette le nez dans cette affaire…

    J’ai tout simplement adoré ce premier tome qui mêle à merveille les ingrédients du cosy mystery et du roman historique. En effet, si cette jeune sage-femme va jouer à l’apprentie détective, son enquête nous emmène dans le Berlin de l’entre deux guerres où la pauvreté et la montée du fascisme font rage. Rita, une ancienne infirmière devenue prostituée est retrouvée noyer. Alors que tout le monde semble penser qu’il s’agit d’un suicide, Hulda elle est persuadée qu’elle a été tuée. Le récit alterne entre l’enquête et la lecture du carnet laissé par Rita nous révélant peu à peu son sombre passé. J’ai aimé découvrir ces secrets pas à pas.

    A travers cette histoire, l’autrice dénonce les traitements infligés dans les hôpitaux psychiatrique et le sort de tous les laissés pour compte de la guerre, blessés, veuves et orphelins.

    Et parlons du personnage de Hulda ! Coup de coeur pour cette féministe avant l’heure, femme indépendante pleine de courage essayant tant bien que mal de se détacher des étiquettes qu’on voudrait bien lui coller !

    Je ne peux que vous le conseiller, j’ai vraiment passé un excellent moment de lecture !

    L’avez-vous lu ? Il vous tente ?

    Belle journée 💫

    Une enquête de Fräulein Gold sage-femme
    La noyée de Berlin
    Anne Stern – éditions Moissonnoires

  • Le crime parfait d’Agatha Christie 🫖

    🫖Coucou tour le monde, aujourd’hui je vous parle de l’excellent moment que j’ai passé aux côtés d’Agatha Christie grâce au tout nouveau Le crime parfait d’Agatha Christie.

    🫖Agatha Christie est l’une des premières romancières dont j’ai commencé à dévorer les livres. J’avais même fait un exposé sur elle, en cinquième il me semble, où je me souviens avoir été fascinée par sa disparition soudaine et inexpliquée. Cet événement est le point de départ de ce roman où l’autrice imagine ce qui a bien pu se passer pendant ces quelques jours d’amnésie.

    🫖Nous sommes en 1926, Agatha nous raconte que le décès de sa mère, suivi de la demande de divorce de son mari, la pousse à partir seule en voyage en Turquie. De manière assez classique, la première partie du roman nous offre quelques meurtres parmis les passagers du bateau. Meurtres dont Agatha semble déjà avoir écrit l’issue fatale. Elle essaiera alors de mener son enquête pour assurer sa propre défense. Puis, dans une seconde partie, nous partons dans les méandres du cerveau de la reine du crime. Au fil des pages, nous entrons dans les coulisses de l’élaboration de ses livres et nous observons son imagination débordante. J’ai retrouvé les petites touches d’humour caractéristiques de son écriture et j’ai adoré les nombreuses références à ses romans. C’est un roman extrêmement bien construit et bien documenté qui m’a vraiment happée du début jusqu’à la fin. Je n’ai pas vu les choses venir et je me suis volontiers laisser porter par cette incroyable spirale infernale. Je ne peux que vous le recommander 珞

    L’avez-vous lu ? Il vous tente ?

    Bon dimanche 🫖

    Le crime parfait d’Agatha Christie 🫖
    Bénédicte Jourgeaud – éditions moissons noires

  • La malentendue

    🥀 Coucou tout le monde, aujourd’hui je vous parle du lauréat du prix de l’héroïne engagée 2022.

    🥀 Une brillante avocate s’apprête à plaider. Elle sait ce qu’elle a à faire, à dire, pour convaincre les jurés et la cour. Sa voix ne tremble pas, elle joue avec les mots et les silences. Elle est à sa place.

    Une patiente est allongée sur un lit d’hôpital. Multiples fractures, côtes fêlées, coupures. Sous morphine, elle est incapable de se rappeler ce qui lui est arrivé. Son mari prétend qu’elle est tombée sur une table basse.

    Ces deux portraits sont celui d’une même femme, Cécilia, oscillant entre déni, peur et détresse… Comment échapper au cycle de la violence ? C’est peut-être l’inconnue croisée dans un café, qui l’écoute alors que la police ne l’a pas fait, ou le nouveau client qu’elle doit défendre et qui semble comprendre ce qu’elle ne dit pas, qui l’y aideront.


    🥀 Court roman poignant et percutant, la Malentendue nous montre à quel point les violences conjuguales sont l’affaire de tous. Il n’y a ni âge, ni condition sociale pour être victime de maltraitance. J’ai lu plusieurs livres sur ce sujet cette année et ma lecture n’en a pas été moins éprouvante. Nous nous glissons dans l’intimité de Cecilia et Abel pour observer les mécanismes de l’emprise se mettre sournoisement en place. C’était pourtant un amour passionnel, jeunes, beaux ambitieux, ils avaient tout pour eux. Puis, peu à peu vient le temps de l’isolement, du repli sur soi, l’entourage est évincé, les remarques acerbes fusent et les coups finissent par pleuvoir. Derrière les sourires de façade et l’image qu’ils renvoient aux yeux de tous, certains arrivent à percevoir la souffrance, l’humiliation et la violence. Face à leur impuissance, ils attendent, écoutent et protègent. Au fil des pages, nous assistons à la lente prise de conscience des uns et des autres de cet enfer qui ne semble avoir aucune issue. L’écriture est fluide et précise, la psychologie des personnages soigneusement travaillée. C’est une fois de plus une lecture en apnée qui m’a révoltée, bousculée et interrogée.


    L’avez-vous lu ? Il vous tente ?

    Belle journée 💫

    La malentendue 🥀
    Yolaine Destremau – éditions Lilly Charleston

  • Archie

    Archie, seize ans, est placé en institution. Sa mère, toxicomane, est incapable de s’occuper de lui. Au lieu de consentir à ce quotidien qui l’enferme, Archie lutte. Un jour, un rêve se dessine. Tout quitter pour rejoindre à pied une école où les enfants sont libres d’apprendre ce qui les intéresse vraiment.

    Archie entame ce périple sur le sentier des douaniers. À force de silence, son histoire se superpose au ciel, à la mer, à la falaise qui fond dans les flots. Le film de son enfance se déroule, brut et lourd de secrets. Mais aucune vie n’est perdue d’avance. Archie découvre le journal de Madeleine – l’infirmière qui l’a accueilli le jour de sa naissance –, et en chemin, ce jeune poète va se révéler.

    Quelle délicate ode à la liberté ! La plume juste et poétique de l’autrice retrace le parcours d’un jeune homme, né dans la souffrance, sur le chemin de sa construction. Grâce au journal tenu par Madeleine, il découvre son histoire et celle de sa mère. Luttant contre ses démons et addictions, cette dernière n’a jamais réussi à prendre soin de lui. De foyer en foyer, Archie s’évade à travers l’écriture, il chérit ses poèmes comme il chérit ses rêves. Ce périple pour rejoindre une école démocratique, dans laquelle les uns apprennent des autres, est une magnifique quête identitaire. L’autrice met en lumière l’importance de l’éducation pour des enfants épanouis, libres et confiants. Au fil des pages, nous naviguons entre le voyage d’Archie, ses retours dans le passé et ses poèmes. J’ai été émue tour à tour par Archie, Madeleine et Louise, mon cœur s’est serré à la lecture de leurs destins meurtris. C’est un texte doux et lumineux emplit d’amour et d’humanité dont je me suis détectée de chaque mot. L’histoire d’Archie est un message d’espoir, rien n’est écrit d’avance tout reste à faire…

    L’avez-vous lu ? Il vous tente ?

    Archie
    Alia Cardyn – éditions Pocket

  • Fragile Réputation 💋

    💋 Coucou tout le monde, aujourd’hui je vous parle de ma découverte de l’autrice Sarah Vaughan à travers son tout dernier roman.

    💋 Votre réputation. Il vous faut des années pour la bâtir,  mais seulement quelques minutes pour qu’on vous la détruise. Votre réputation ne dépend pas de vous : elle dépend des autres. Si vous êtes une femme, protégez-la. Et n’oubliez jamais :  ce n’est pas ce que vous êtes réellement qui importe,  mais ce que les autres pensent que vous êtes. La question  n’est pas de savoir si vous avez ou non tué un homme. La question est de savoir ce que les autres croient.

    💋 Nous suivons Emma, députée travailliste engagée dans une lutte contre le revenge porn. Divorcée et mère d’une adolescente de 14 ans, elle reçoit de plus en plus de menaces et voit sa vie exposée dans les tabloïds. Lorsqu’un scandale éclate, elle doit redoubler d’efforts pour protéger sa réputation et celle de sa famille. Ce roman nous plonge dans un univers impitoyable où politiques et journalistes s’apprivoisent et se déchirent. Un milieu dans lequel il ne fait pas bon d’être une femme au pouvoir, le sexisme y est omniprésent. L’autrice retranscrit avec justesse l’impact des réseaux sociaux tant sur la vie publique que sur la vie privée des élus. Derrière les écrans, les menaces, insultes, intimidations fusent aux moindres de leurs faits et gestes. Le livre est divisé en quatre parties, si j’ai lu un peu plus lentement la première partie, qui prend le temps de présenter les différents protagonistes, une fois le drame arrivé et la machine judiciaire mise en route, je ne pouvais plus m’arrêter. Les relations et réactions de la députée sont passées au peigne fin, décortiquées et annalysées pour déterminer sa responsabilité. Le rythme devient alors de plus en plus soutenu et nous tient en haleine jusqu’au dénouement. C’était le premier roman de l’autrice que je lisais et j’y ai trouvé un thriller psychologique engagé et bien documenté. J’ai La ferme du bout du monde qui m’attend depuis un moment dans ma pal.

    Connaissez-vous cette autrice ? Quel est votre roman préféré ?

    Belle journée 💋

    Fragile Réputation 💋
    Sarah Vaughan – Préludes éditions

  • Pour l’honneur de tous les miens

    ⚘️Coucou tout le monde, aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler d’un roman fraîchement paru aux éditions Faubourg Marigny.

    ⚘️Dans une double temporalité trés bien rythmée, nous suivons Alma qui, en1906, découvre un article de journal accusant son ami Asku du meurtre d’un agent fédéral. Croyant dur comme fer à son innocence, elle décide de se battre pour sa libération. Lorsqu’elle revoit Asku, il n’est plus que l’ombre de lui même. Elle demande alors à son mari Stewart avocat de défendre son ami. Qu’est-ce qui la pousse à le défendre alors que toutes les preuves l’accable ? Alma doit faire face à ses vieux démons et se rappeler ce secret qui la ronge depuis tant d’années. Elle se replonge alors dans ses souvenirs d’enfance dans lesquels Asku était un élève brillant au sein de l’école dirigée par son père.

    ⚘️Cette histoire est captivante du début jusqu’à la fin, elle nous montre le martyre des enfants indiens pour leur assimilation forcée : en brûlant leurs vêtements, en les rebaptisant par un prénom américain, en leur apprenant l’anglais sous les coups de règle et en les privant de leurs coutumes. Dans cette école, Alma est la seule élève blanche et veut croire que le combat de ses parents est juste. Ces derniers répugnent à ce qu’elle devienne amie avec l’un de ces enfants qu’ils qualifient de « sauvages ». Pourtant, elle va nouer de belles amitiés avec ces élèves qu’elle défend du mieux qu’elle peut. Ce fut une lecture très fluide dans laquelle j’ai pris plaisir à découvrir cette période de l’histoire américaine. S’inspirant de faits réels, l’autrice décrit avec justesse la souffrance du peuple indiens dont les enfants ont été envoyés dans des pensions hors de leurs réserves de 1870 jusqu’à la fin des années 1930. Aujourd’hui la disparition de leur culture est en partie due à l’existence de ces pensions. J’ai adoré le personnage torturé et combatif d’Alma, constamment tiraillé entre deux cultures, et son histoire m’a émue aux larmes. Je ne peux que vous recommander ce roman nous offrant une immersion poignante et révoltante dans l’histoire des autochtones indiens.

    Pour l’honneur de tous les miens ⚘️
    Amanda Skenandore – éditions Faubourg-Marigny

  • Les trois meurtres de William Drever

    🔪 Coucou tout le monde, aujourd’hui je vous parle d’un roman que j’ai reçu dans le cadre d’une masse critique de babelio.

    🔪 Dès les premières pages, nous apprenons que William Drever vient d’être condamné pour le meutres de trois prostituées. Aucun doute n’est permis, sous ses airs d’homme bien sous tous rapports, William a commis l’irréparable. Carol, son épouse, encaisse le verdict aux côtés de sa soeur, ses enfants et de sa belle famille. Mais très vite, une certaine Ruth Linley cherche à contacter Carol pour lui faire une révélation…

    🔪 J’étais persuadée d’avoir trouvé où l’auteur voulait nous emmener jusqu’aux dernières pages. Et bien non! Ça ne sera pas pour cette fois-ci 🙈 Nous sommes plongés dans une ambiance lourde et angoissante. Il y a Carol cette femme dévastée par la condamnation de son mari, en proie aux crises d’hystérie; sa sœur Liz trés présente dans le foyer, cherchant tant bien que mal un apaisement ; les deux enfants Anne et Robert qui doivent affronter le regard des autres; et puis la belle famille qui ne peut se résoudre à accepter la monstruosité de leur fils. Des journalistes verreux tournent autour d’eux à l’affût du moindre faux pas. L’auteur exploite toutes les facettes de la psychologie des personnages. Nous entrons dans leur intimité: leurs pensées, leurs doutes, leurs angoisses les plus inavouables sont décortiqués. L’entrée en scène de cette mystérieuse Ruth redistribue les cartes et tous les soupçons sont permis ! Chacun essaie de démêler le vrai du faux et de retracer ce qui a bien pu se passer. Impossible de lâcher le livre avant d’en connaître le dénouement. J’en retiens surtout l’atmosphère étouffante et la psychologie des personnages très bien travaillée. C’est un très court roman à la fois simple mais efficace.

    Connaissez-vous ce livre ? Il vous tente ?

    Les tois Meurtres de William Drever 🔪
    John Wainwright

  • Alabama 1963

    🍁 Hello tout le monde, j’ai enfin lu Alabama 1963 ! Ça faisait un petit moment qu’il m’attendait sagement dans ma bibliothèque 🙈

    🍁Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d’une fillette noire est retrouvé. La police s’en préoccupe de loin. Mais voilà que d’autres petites filles noires disparaissent…
    Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d’enquêter pour le père de la première victime.
    Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s’interroge :  » Les petites filles, ça disparaît pas comme ça… « 
    Deux êtres que tout oppose. A priori.

    🍁 J’ai passé un délicieux moment en compagnie de ce duo d’enquêteurs improbable mais terriblement attachant. J’étais comme au cinéma devant un bon film historique relatant l’atmosphère tendue à l’aube de l’abolition de la ségrégation. J’y ai d’ailleurs retrouvé quelques touches de La couleur des sentiments que j’avais tant aimé, notamment dans les différentes relations qu’Adela noue avec ses employeurs. Lorsque cette dernière commence son service chez Bud, un détective privé alcoolique un peu à côté de ses pompes, c’est le début d’une belle collaboration allant à l’encontre de ce que les mœurs autorisent à cette époque. Si au départ Bud est un grossier personnage qui a le don de nous agacer, son évolution est très bien amenée et il finit par nous attendrir. Adela, quant à elle, nous émeut et nous faire rire au fil des pages. Ensemble, ils vont mener une enquête rondement menée dans un climat tendu où il faut se méfier de Ku Klux Klan comme de son voisin. C’est un polar qui met en lumière l’amitié impossible entre deux personnes de couleur différente. Je ne peux que vous le recommander si vous ne l’avez pas encore lu, autant pour l’enquête que pour le contexte historique parfaitement traité.


    L’avez-vous lu ? Il vous tente ?

    Je vous souhaite une belle journée 🍁

    Alabama 1963 🍁
    Ludovic Manchette – éditions Pocket

  • Amélia Fang

    🧛🏻‍♀️ Coucou tout le monde, aujourd’hui pour #mercredicestlejourdulivredesenfants j’ai choisi de vous parler de la découverte d’une délicieuse saga nous plongeant dans l’univers d’une petite vampirette.

    🧛🏻‍♀️Amélia Fang, malicieuse vampirette, déteste assister au Bal barbare annuel organisé par sa mère, la comtesse Frivoletta. Ce soir-là, le palais est rempli de vieux monstres qui portent trop de dentelles et qui empestent le Poubel n°5. Comble de malheur, Tangine, prince de Nocturnia et sale-gosse-pourri-gâté, capture Trouille, sa citrouille de compagnie. La guerre est déclarée !

    🧛🏻‍♀️ Commençons par souligner la qualité du travail éditorial autour de ce roman. La mise en page est juste sublime mettant en scène les différents chapitres en incorporant le texte aux jolies illustrations. Dans ce premier tome, notre petite vampirette est obligée de supporter le fils du roi Tangine, un garçon insupportable, capricieux, aux manières grossières qui a l’habitude que tout lui soit cédé. Quand ce dernier vole Trouille, la citrouille adorée d’Amelia, le sang de la vampirette ne fait qu’un tour ! Avec ses amis, ils décident de partir récupérer Trouille directement au palais. Sur le chemin, ils devront affronter leur peurs face à une hideuse licorne aux longs cils scintillants, un ange-chaton ou encore une fée ! Amélia est loin de se douter qu’elle est sur le point de découvrir le secret du roi ! Les apparences sont parfois trompeuses ! J’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de toutes ces créatures plus terrifiantes les unes que les autres. Je n’ai pas vu le temps passer aux côtés d’Amélia et j’ai aimé cette histoire à la fois tendre et drôle. C’est un roman plein de surprises qui ravira petits et grands !



    Connaissez-vous Amélia Fang ?

    Bon mercredi 🧛🏻‍♀️

    Amélia Fang la vampirette et le bal barbare 🧛🏻‍♀️
    Laura Ellen Anderson – Casterman jeunesse

  • Le temps de l’indulgence

    🌷 Hello, aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un petit coup de cœur que j’ai eu pour ce roman nous emmenant en plein cœur du Cachemire. Escapade effectuée un peu en retard pour @lesetapesindiennes.

    🌷Nous suivons Shalini, une jeune trentenaire privilégiée de Bangalore, qui décide de se rendre au Cachemire à la mort de sa mère. Elle souhaite y retrouver Bashir Ahmed, un vendeur de vêtements ambulant qui est venu pendant des années leur rendre visite. Persuadée que le décès de sa mère est intimement lié à la disparition de ce dernier, elle découvre une province loin de chez elle à mille lieues de son confortable quotidien. Très vite, elle se retrouve au cœur des tensions politiques qui font rage dans cette région.

    🌷 Coup de 💜 pour ce roman totalement addictif ! L’autrice nous offre une touchante immersion au cœur d’une région au climat social tendu, où la population souffre de conflits politiques et religieux. Remontant dans le temps, les chapitres alternent entre le périple de cette jeune indienne et les relations de cette dernière avec sa mère récemment disparue. Shalini se remémore leurs rapports conflicuels, l’incapacité de sa mère à lui donner l’affection qu’elle attend. J’ai aimé suivre ses réflexions sur son passé et l’accompagner sur le chemin de sa reconstruction. Au cours de son voyage, elle prend conscience du monde qui l’entoure et rencontre une population cachemirie meurtrie par les combats. Les familles qui l’accueillent retiennent chaque jour leur souffle pour continuer de vivre avec leurs blessures et leurs secrets. J’ai été complètement happée et émue par la plume de l’autrice emplie de douceur et de justesse. C’est roman historique très réussi qui nous rappelle la situation géopolitique tragique de cette région. Une fois refermé, j’ai eu du mal à sortir de cette histoire qui m’a vraiment transportée et passionnée.


    L’avez-vous lu ? Il vous tente ?

    Le temps de l’indulgence 🌷
    Madhuri Vijay – éditions 10/18