Chroniques, Engagée, Harcèlement, Témoignages/Bio

Frôler les murs

« Connaître ou avoir connu des problèmes psychologiques ne nous définit pas. Personne ne se résume à une pathologie. Ça n’empêche pas qu’on puisse avoir du talent, qu’on puisse entreprendre des choses. »

Tessae nous livre ici un témoignage émouvant en nous racontant son combat contre une maladie qui mettra longtemps à trouver un diagnostic. Chaque matin, elle part à l’école avec la boule au ventre et encaisse les remarques blessantes de ses camarades, elle se refugie dans la musique mais doit là encore faire face au harcèlement sur les réseaux sociaux. Et puis un jour, elle n’y arrive plus impossible pour elle de retourner au lycée. Le diagnostic tombe : phobie scolaire. Personne ne comprend pourquoi elle arrive à monter sur une scène lorsqu’il lui est impossible de franchir les grilles de son école…

Je ne connaissais pas le parcours de cette jeune chanteuse et j’ai été particulièrement touchée par son histoire. En tant que parent, nous avons toujours peur de ne pas savoir détecter les signaux du mal être de nos enfants. Ce témoignage nous permet de nous rendre compte de ce que peut être le quotidien d’un élève victime de cette maladie. Au fil des pages, les souvenirs de mes années collège n’ont pas cessé de me rappeler à quel point c’est une période difficile où les ados sont parfois cruels. Tessae nous parle de toutes ces phrases blessantes et répétitives, de la solitude face à la méchanceté, du repli sur soi. Même si ça n’a pas été toujours facile, Tessae a eu la chance d’avoir des parents compréhensifs qui ont tout fait pour l’aider. Au contraire, j’ai été effarée quant au manque de pédagogie, de soutien de la part de l’administration et les remarques acerbes du personnel éducatif. 

Elle s’adresse bien sûr à tous les élèves qui pourraient se retrouver dans son parcours mais également aux parents et au personnel scolaire. Elle nous rappelle qu’aujourd’hui nous mettons beaucoup de pression sur nos enfants mais que la réussite ne passe uniquement par l’école. Nous vivons dans un pays valorisant à tout prix les diplômes et dont les élèves sont parmi les plus anxieux d’Europe. Grâce à la musique, Tessae a trouvé la voie de son épanouissement. J’ai trouvé la postface du Dr Laelia Benoit, pédopsychiatre et chercheuse associée à l’Inserm également très intéressante.

Je ne peux que remercier Tessae pour son témoignage et la féliciter pour la capacité de résilience dont elle a fait preuve. Ce témoignage est à mettre entre toutes les mains !

Frôler les murs
Tessae – JC Lattès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s