Chroniques, Contemporain, Engagée, Féminisme, Témoignages/Bio

Le consentement

« Les contes pour enfants sont source de sagesse. Sinon pour quelle raison traverseraient-ils les époques ? Cendrillon s’efforcera de quitter le bal avant minuit; le Petit Chaperon rouge se méfiera du loup et de sa voix enjoleuse ; la Belle au bois dormant se gardera d’approcher son doigt de ce fuseau à l’attrait irrésistible ; Blanche-Neige se tiendra éloignée des chasseurs et sous aucun prétexte ne mordra la pomme, si rouge, si appétissante, que le destin lui tend…
Autant d’avertissements que toute jeune personne ferait bien de suivre à la lettre. »

A l’âge de quatorze ans, Vanessa est séduite par un célèbre écrivain d’une cinquantaine d’années. Elle nous raconte son parcours, l’histoire de cette emprise que cet homme a eu sur elle devant le mutisme total de son entourage. Elle dépeint à travers son récit un univers intellectuel intouchable au dessus de toutes règles. En 1977, une lettre ouverte en faveur de la depénalisation des relations sexuelles entre mineurs et adultes, un appel à la révision du code pénal sur les relations mineurs-adultes et une pétition de soutien à un homme accusé de vivre avec des fillettes sont publiées et signées par plusieurs intellectuels de renom. 30 ans plus tard les journaux publieront leurs mea culpa…

J’ai ouvert ce livre sans connaître l’histoire de Vanessa Springora. Ce récit m’a bouleversé, interrogé, remué. Que vaut ce fameux consentement lorsqu’il est donné par une jeune adolescente de quatorze ans ? J’ai inséré beaucoup de post-it dans ce livre… L’auteure nous livre un questionnement intime sur sa relation avec ce prédateur dans un milieu intellectuel où les relations avec les mineurs étaient emprunts d’une liberté sexuelle assumée en toute impunité.

« Très souvent, dans les cas d’abus sexuel ou d’abus de faiblesse, on retrouve un même déni de réalité : le refus de se considérer comme une victime. Et, en effet, comment admettre qu’on a été abusé, quand on ne peut nier avoir été consentant ? Quand, en l’occurrence, on a ressenti du désir pour cet adulte qui s’est empressé d’en profité ? « 

Le consentement
Vanessa Springora – le livre de poche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s