Chroniques, Feelgood

Les durs à cuire

Sixtine, 40 ans, mariée, deux enfants, ne laisse rien au hasard, toute sa vie est soigneusement organisée. Lorsqu’elle apprend la future visite de ses parents, cette vie bien rangée va être complètement bouleversée. Ces derniers, désormais divorcés, faisaient partis d’un groupe de punk. Marquée par une enfance peu banale, Sixtine s’est peu à peu éloignée d’eux. Alors lorsqu’elle doit les héberger quelques jours elle frôle la crise de nerfs. Pourtant, ces deux filles, Constance et Clémence sont bien décidés à en apprendre un peu plus sur leurs grand-parents compléments déjantés…

Poussez les meubles ça déménage ! Ces quelques jours sont l’occasion pour Sixtine et ses parents de se replonger dans leurs souvenirs. Ils se remémorent leurs blessures respectives, ce qu’ils n’ont encore jamais osé se confier. On découvre les raisons pour lesquelles Sixtine s’est forgé cette vie sous contrôle. Peu à peu elle va devoir mettre des mots sur ses maux et enfin lâcher prise. Je ne connaissais pas du tout l’autrice et j’ai été complètement charmée par cette plume très rafraîchissante. Avec des personnages hauts en couleur, elle nous parle des stigmates de l’enfance sur notre vie d’adulte, des rancœurs, des non-dits mais surtout de pardon et de résilience. Un roman intergénérationnel très rocknroll qui fait du bien !

Je n’ai pas lu les sales gosses mais je le mets direct dans ma whishlist!

Connaissez-vous cette autrice ?

Les durs à cuire
Charlye Ménétrier McGrath – Fleuve éditions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s