Chroniques, Contemporain, Engagée, LGBTQ+, USA

Les trente noms de la nuit

🌟 Coucou tout le monde, aujourd’hui je vous parle d’un livre de la rentrée littéraire plein plein de poésie et d’espoir.

🌟 Un jeune queer d’origine syrienne installé à New York, tente de trouver sa place au sein d’une communauté qui ne le comprend pas. Mal dans son corps, il vit reclus avec sa grand-mère malade, dont il s’occupe avec tendresse. Il ne se sent vraiment libre qu’en s’éclipsant dans les rues de Little Syria, où il réalise des fresques d’oiseaux. Une nuit, les recoins d’un immeuble abandonné lui livrent un carnet qui va bouleverser sa vie. Il s’agit du journal de Laila Z, une artiste syrienne émigrée aux États-Unis qui a consacré sa carrière à peindre les oiseaux d’Amérique du Nord. Au fil des pages, le narrateur découvre combien le passé de Laila Z est intimement lié à celui de sa famille, notamment à celui de sa mère, ornithologue, morte cinq ans auparavant dans un incendie suspect…

🌟 C’est une lecture douce et envoûtante sur une quête d’identité très touchante. A la découverte de ce carnet, ce jeune queer cherche à explorer son histoire familiale. Les chapitres alternent entre son carnet où il ecrit à sa mère, tragiquement disparue et, le journal intime de cette mystérieuse Laila Z. Ce changement de narrateur apporte une vraie dynamique au récit. Nous découvrons un jeune mal dans sa peau qui souhaiterait se débarrasser de son corps. Au fil des pages, nous observons son mal être et son rapport à son entourage. Son histoire familiale l’aide peu à peu à gagner de la confiance en lui et à s’ouvrir aux autres. Au rythme de la migration des oiseaux, l’auteur nous parle de cette transidentité mais également d’immigration, de la souffrance du peuple syrien. Avec une plume tout en retenue, délicate et justement dosée, il pointe du doigt les dysfonctionnements d’une société dans laquelle il est bien difficile d’être ce qu’on est. J’ai passé un agréable moment et j’ai aimé suivre ces personnages sur le chemin de la résilience. Je suis ravie d’avoir lu un si beau roman sur la transidentité.

En avez-vous d’autres à me recommander ?

Bon dimanche 🍁

Les trente noms de la nuit 🌟
Zeyn Joukhadar – éditions rue de l’échiquier

1 réflexion au sujet de “Les trente noms de la nuit”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s