Asie, Chroniques, Contemporain, Engagée, Féminisme

Kim Jiyoung, née en 1982

A Séoul, Kim Jiyoung mène une vie ordinaire avec son mari et sa fille jusqu’au jour où elle commence à parler avec la voix d’autres femmes. Est-ce une dépression, un trouble de la personnalité ? Qu’est-ce qui peut expliquer cet état de folie ? Pour comprendre, nous revenons sur les événements qui ont jonchés la vie de cette mère de famille de sa naissance à ce moment fatidique. Depuis son enfance, cette jeune coréenne s’étonne du sort réservé aux filles. Avant même la naissance de l’enfant, les couples prient pour avoir un garçon. Oui car tout est plus simple avec un garçon : on se soucie de son avenir peu important ses tenues ou son comportement. Les filles elles subissent l’injustice tout au long de leur vie, le harcèlement, les réflexions sexistes ordinaires et la discrimination. En six parties recouvrant différentes périodes de la vie de Kim Jiyoung, l’autrice dresse le portrait de la femme coréenne qui, dans une société moderne, subit encore le poids des traditions patriarcales.

Un livre coup de poing sur la condition féminine en Corée du Sud. Chiffres à l’appui et malgré les différentes lois mises en place, le constat est sans appel : discrimination à l’embauche, inégalités de salaires, congés maternité non pris, remarques sur le physique banalisées, sous-entendus sexistes. La femme coréenne a une pression constante sur les épaules, elle n’a pas le droit à l’erreur et doit rentrer dans un moule pour être acceptée par la société. Si petite elle doit aider à la maison et pas ses frères, bien souvent elle devra s’arrêter de travailler pour élever son enfant au détriment de sa carrière. On attend d’elle des concessions, la femme coréenne intelligente dérange ! Malheureusement les situations décrites par l’autrice sont, pour beaucoup, encore transposables dans notre société occidentale. La vision hypocrite et le jugement de la femme au foyer est notamment très bien retranscrite. C’est un livre à mettre entre toutes les mains, une lecture révoltante contre la discrimination la plus vieille du monde…

C’était ma dernière lecture du challenge #lisonslasie qui se termine demain

Le bilan de ces quatre mois est à retrouver le jeudi soir dans un live sur la chaîne YouTube de @purrfectbooks. Je suis ravie d’avoir participé à ce challenge j’ai vraiment fait de belles lectures. Il me reste encore plein de beaux titres a découvrir sur ma pal asiatique…

Kim Jiyoung, née en 1982
Nam-joo Cho – éditions 10-18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s