Asie, Chroniques, Contemporain

La papeterie Tsubaki

« L’écriture c’est le reflet d’une vie »

Hatoko reprend la papeterie que lui a légué sa grand-mère et devient, comme elle, écrivain public. Elle va ainsi écrire les courriers de ceux qui poussent sa porte pour lui demander une lettre d’amour, de rupture, de deuil et se plonger dans leur vie, leurs secrets. Avec soin pour chaque client, elle choisira les mots appropriés mais également la calligraphie, le papier, l’enveloppe, l’encre et même le timbre qui correspondent à la situation. Parallèlement, Hatoko mènera sa propre réflexion sur le deuil de sa grand-mère.

Ce roman nous plonge dans l’univers de la calligraphie, de l’amour des mots, des lettres et de tout ce qui les entourent. Être écrivain public requière l’écoute de son prochain et savoir retranscrire sur papier les émotions de ces derniers.

Avec une plume claire et poétique, Ito Ogawa nous immerge dans les traditions ancestrales du Japon au rythme des saisons, en éveillant tous nos sens.

A l’heure où la correspondance épistolaire se perd, l’auteure nous redonne le goût de l’écriture et de la papeterie soigneusement choisie.

La papeterie Tsubaki
Ito Ogawa – Picquier éditions

A découvrir avec une bonne tasse de thé vert !

« Plutôt que de chercher ce qu’on a perdu mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s